En l’honneur de Valmy

« Par devant l’Europe, la France, sachez-le, n’aura jamais qu’un seul nom, inexpiable, qui est son vrai nom éternel : La Révolution. », Jules Michelet.

« Désormais ce mot, Révolution, sera le nom de la civilisation. », Victor Hugo.

Hier soir, le Parti de Gauche se réunissait en l’honneur de la grande victoire de Valmy lors d’une soirée organisée par l’association Les amis de l’usine et la Commission Défense de notre parti. Au-delà du plaisir de se retrouver entre camarades pour célébrer la Nation, ce moment constitue pour nous un symbole politique fort. Car Valmy, ça n’est pas uniquement la première victoire de la République contre les armées prussiennes. Valmy, ça n’est pas seulement ce miracle qui donna assez de force à la Convention Nationale pour abolir dès le lendemain la monarchie en France. Si, au Parti de Gauche, nous célébrons avec tant d’enthousiasme le nom de cette petite ville de la Marne, c’est aussi et peut-être surtout parce que la victoire qui s’y déroula représente le grand essor des classes populaires contre la grande bourgeoisie.

La révolution française aurait pu être avant tout une révolution bourgeoise et s’éteindre comme la révolution allemande de 1848. Nous aurions alors perdu à Valmy. Comme l’explique Lénine, si comme en Allemagne, la révolution n’avait été qu’une révolution bourgeoise avec à sa remorque une classe ouvrière faible et désorganisée, les forces étrangères auraient vaincu. A Valmy, c’est la masse du peuple, ouvriers et paysans, qui permet la victoire. C’est bien pour cela que Lénine a toujours revendiqué l’héritage de la révolution française, qui a consacré à partir de Valmy pendant une bref période « la suprématie du peuple révolutionnaire » comme il l’écrit dans un article de 1905.

Valmy est une victoire qui donne à la République son caractère plébéien et universel. Au côté des révolutionnaires français combattaient des Allemands, des Polonais, des Irlandais, etc. Le général latino-américain Miranda se battait pour la République française comme il se battra plus tard pour Bolivar. Et c’est bien la dimension sociale de notre révolution qui permet cette victoire universelle comme les suivantes et non pas la volonté de la bourgeoisie de briser l’ancien régime, frein à l’essor du libre commerce et à l’accumulation du capital.

A partir de Valmy, ce n’est plus la bourgeoisie qui dirige le mouvement révolutionnaire. La peur de la contre-révolution et la forte résistance de la royauté pousse le peuple à s’approprier davantage la révolution et à faire en sorte que les Droits de l’Homme ne soient pas que les Droits de l’Homme bourgeois et propriétaire. « Je sais que la classe ouvrière, quoiqu’elle n’eût encore en 1789 qu’une existence rudimentaire, n’a pas tardé à appliquer, à élargir les Droits de l’Homme dans un sens prolétarien. Elle a proclamé, dès 1792, que la propriété de la vie était la première de toutes les propriétés, et que la loi de cette propriété souveraine devait s’imposer à toutes les autres. », écrit Jean Jaurès. « Or, agrandissez, enhardissez le sens du mot vie. Comprenez-y non seulement la subsistance, mais toute la vie, tout le développement des facultés humaines, et c’est le communisme même que le prolétariat greffe sur la Déclaration des Droits de l’Homme. Ainsi d’emblée le droit humain proclamé par la Révolution avait un sens plus profond et plus vaste que celui que lui donnait la bourgeoisie révolutionnaire. Celle-ci, de son droit encore oligarchique et étriqué, ne suffisait pas à remplir toute l’étendue du droit humain ; le lit du fleuve était plus vaste que le fleuve, et il faudra un flot nouveau, le grand flot prolétarien et humain, pour que l’idée de justice enfin soit remplie. C’est le socialisme seul qui donnera à la Déclaration des Droits de l’Homme tout son sens et qui réalisera tout le droit humain. »

Comme le pensait également Lénine, le jacobinisme est l’un des points les plus élevés atteints par une classe opprimée dans la lutte pour son émancipation. La terreur de 1793 est un procédé plébéien, dans la continuité de Valmy. C’est l’entrée fracassante du prolétariat dans l’histoire. Pendant quelques mois une classe révolutionnaire a gouverné en France. Elle a initié un nouveau monde, un monde vertueux, un monde où toutes les passions bienfaisantes et généreuses sont éveillées par les lois. Ce monde n’a jamais été achevé ; il s’appelle le socialisme. Aujourd’hui, en apparence, nous en sommes bien éloignés. Chaque année qui passe est un nouveau recul loin de cet idéal et des acquis qui ont été arrachés par nos prédécesseurs sur son chemin. Les acquis révolutionnaires les plus récents, ceux du Conseil National de la Résistance, sont en lambeaux. Les capitalistes sont à tous les postes de commande dans le pays. Et pourtant, une lueur résiste encore. Nous sommes quelques millions à la porter, à la défendre, à l’amplifier. Cette lueur, c’est le Front de Gauche. Elle finira par triompher.

Guillaume Etievant

Publicités

4 réponses à “En l’honneur de Valmy

  1. En ce temps-là,la presse d’opinion existait.
    Dans notre temps la presse est devenue la propriété (donc la voix)des financiers.
    Il est urgent que le peuple en prenne conscience.

  2. Je suis bien d’accord, il faut créer un large front populaire progressiste et patriotique et défendre les acquis intrinsèquement révolutionnaire du CNR. Il nous faut à gauche, reprendre la défense de la Nation et de la souveraineté du peuple. Notamment contre cette UE construite par et pour la classe capitaliste pour oppresser les travailleurs.

    Je tiens à vous signaler, s’agissant de la défense du CNR, l’appel des 1000 pour que « reviennent les jours heureux ».

    http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/appel-pour-que-reviennent-les-jours-heureux/

  3. Tu penses vraiment que Lénine est une référence honorable ?
    Ne sais-tu pas que les tribunaux arbitraires ( sans avocat pour les accusés) ainsi que le Goulag ont commencé sous Lénine et Trotsky ?

    Alexandra

  4. « De ce lieu et de ce jour date une nouvelle époque dans l’histoire du monde » Goethe.
    On ne saurait mieux dire…
    Merci de l’avoir rappelé!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s